Ejicom, l’école de journalisme 2.0

A quoi ressemble une école de journalisme à Dakar? A quoi ressemble une  école de journalisme nouvelle génération? En prenant contact avec les étudiants de la toute nouvelle  école Ejicom, on avait plein de questions. Nous y sommes allées en reportage et nous avons rencontré les étudiants et la petite équipe de l’administration.

L‘Ejicom c’est une petite école, installée dans une jolie maison du centre-vile de Dakar, en face d’un jardin public. Passé le portail, une allée en gravier soignée nous mène vers les salles de cours installées au rez-de-chaussée. A l’arrivée, des tables des chaises,  des tables des chaises, un tableau blanc et des élèves qui prennent des notes sur papier.

© Camille Laurent

Même si c’est une école nouvelle génération, les notes se prennent encore à la main© Camille Laurent

Cette jeune école, crée il y a trois ans , veut devenir le nouveau centre de formation de référence pour les journalistes d’Afrique de l’Ouest. Comme sa grande soeur le Cesti, l’Ejicom a pour ambition de former des jeunes Sénégalais au journalisme et à la communication mais plus spécifiquement aux nouveaux métiers de l’internet. Les étudiants – une dizaine par promotion – accèdent à la formation par un concours d’entrée très difficile qui est accessible directement après le bac. Mais la majorité des élèves a déjà en poche un deug ou une licence. Français, culture générale, histoire, oral de motivation devant un jury de professionnels, les élèves sont triés sur le volet. Et les frais d’inscriptions élevés pour le pays : 250 000 francs CFA l’année soient 381 euros. (Le salaire minimum garanti dans la plupart des conventions collectives est de 72 euros.)

DSC_0020Aujourd’hui, pour les troisièmes années -qui seront diplômés d’ici quelques mois-  c’est atelier « médias sociaux ». Par groupe de trois, les élèves doivent élaborer ensemble un projet de web documentaire. La séance cours est consacrée à une mise en commun des idées. Et déjà, dans chaque groupe, les étudiants savent à peu près vers quel sujet ils se dirigent.

Image interactive.

Penser une plateforme web d’information, être connecté sur les réseaux sociaux, partager ses informations sur le web, savoir en trouver également… Les élèves de l’Ejicom apprennent à se servir professionnellement d’internet. Être connecté oui, mais il n’est pourtant pas question de mettre de côté les bases du métier. Pour Hamadou Tidiane Sy, directeur de l’école, lui même ancien journaliste et fondateur du site d’information ouestaf.com c’est avant tout une valeur ajoutée. Image interactive.

 

Alors que le nombre de Sénégalais qui ont accès au web reste très limité – moins de 2% de la population- faire une école avec cette spécialisation était osé. Lorsque l’on discute avec eux, les élèves de l’Ejicom on conscience qu’il vont devoir inventer des nouveaux médias alliant leur savoir faire acquis à l’école, et la réalité de la société sénégalaise. Pour cela, le directeur de l’école insiste sur l’importance des exercices pratiques et des stages, qui permettent aux élèves de se rendre compte des réalités du terrain et des rédactions, pas souvent très « 2.0″. Cela se traduit à l’école aussi : si les étudiants ont tous des smartphones, tous n’ont pas d’ordinateurs de travail personnels. Ils ont cependant accès à une salle informatique au sein de l’école.

L’école est située dans le centre – ville de Dakar © Camille Laurent

Nombreux d’entre eux viennent de familles qui ont fait des études, mais qui ne sont pas pour autant dans des situation financières aisées. Beaucoup allient études, stages et petits boulots. Maria, Mariama et Gostain nous ont parlé chacun à leur tour, de leur vision du journalisme, de leur vie de jeune, de leur futur.

Maria : « Facebook est un moyen de diffuser l’information »

Gaustain : « Mon entourage m’a poussé à faire des études »

Mariama : « Je veux que plus tard mon nom soit cité comme une référence dans le journalisme »

Dans quelques mois, les dix étudiants de la toute première promotion de l’Ejicom seront diplômés. Ils ont un point commun : pour eux, l’avenir est ici, en Afrique.

Pour aller plus loin :

Page facebook de l’école

Interview du directeur Hamadou Tidiane Sy sur le soleil.sn

Article sur le quotidien des étudiants à Dakar sur France24

Anna Lecerf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>